jQuery(document).ready(function($){$('#aside #lang_sel_list ul').addClass('fancy');});

Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

Navigate / search

Tour de la Colline

 

D’une part la Colline d’Arunachala apparaît comme une montagne unique et intégrale avec une cime bien définie et visible de nombreux endroits.  De même, l’enseignement de Ramana Maharshi ressemble à un seul sommet, la recherche du Soi, qui a pour but l’élimination de l’idée « je suis le corps ».  D’autre part, comme la Colline d’Arunachala semble composée de nombreuses buttes, chacune avec son propre sommet, l’enseignement de Ramana Maharshi paraît encourager plusieurs pratiques spirituelles.  Une de ses pratiques est de faire le tour de la Colline d’ Arunachala, comportant une distance d’environ 14 kilomètres.

Faire le tour de la Colline s’appelle Giri Pradakshina.  Le mot ‘pradakshina’ désigne la marche à pied autour de n’importe quel lieu saint dans le sens des aiguilles d’une montre, le dévot ayant son côté droit face à l’objet d’adoration.  ‘Giri ‘ signifie une colline, donc ‘giri pradakshina’ veut dire faire le tour de la Colline d’Arunachala.

Devaraja Mudaliar dit dans Mes souvenirs de Bhagavan :

Toutefois, telle était ma paresse, et peut-être aussi dans une certaine mesure mon sens hautain de sagesse supérieure  qui considère l’adoration mentale à être suffisant sans de telles austérités physiques comme la marche de 17 kilomètres aux pieds nus, que, même après être venu vivre dans l’Ashram comme résident permanent, je n’eus pas fait le tour de la colline comme la plupart des autres l’avaient fait.  Néanmoins, de tout ce que j’avais vu et entendu, je sentis qu’il devait y avoir quelque chose de vraiment signifiant à propos de la  Pradakshina.  Donc j’assaillis souvent Bhagavan de questions regardant l’importance de se soumettre à cet ennui. … Ce qui suit est l’essence de ce qu’on me dit à la suite de ma conversation avec Bhagavan à ce sujet.

« Pour tout le monde il est bon de faire le circuit de la colline.  Peu importe que l’on ait la foi en cette Pradakshina ou pas.  De même que le feu brûlera tous ceux qui le touchent s’ils y croient ou non, la colline fera du bien à tous ceux qui marchent autour d’elle. »  Une fois, il dit : « Pourquoi êtes-vous tellement préoccupé par toutes ces questions sur l’efficacité de faire le tour de la colline ?  Peu importe ce que vous pouvez ou ne pouvez pas obtenir, vous aurez au moins le bénéfice de l’exercice physique. »

Bhagavan pensa  que ce serait au moins clair à mon esprit lourd.  A une autre occasion, il me dit : « Fais le tour de la colline une fois.  Tu verras que l’expérience t’attirera. »  J’avais aussi vu que quiconque venait pour dire à Bhagavan qu’il allait commencer la Pradakshina, même vieux ou infirme, Bhagavan ne le découragea  jamais, dans aucun cas, mais tout au plus il avait remarqué : « Vous pouvez aller lentement. »

Maintenant je crois en Giri Pradakshina et je suis autant convaincu de son importance que n’importe quel disciple de Bhagavan.  Néanmoins je règle la fréquence de mes circumambulations, compte tenu de mon âge, ma santé, ma force et l’effort que je peux exiger d’eux raisonnablement.

Le lac Samudram
Le lac Samudram

Dans Letters from Sri Ramanasramam (En Présence de Ramana Maharshi : le témoignage de Suri Nagamma), nous lisons que Sri Bhagavan dit : « La grandeur de la Giri Pradakshina a été décrite en détail dans l’Arunachala Puranam.  Le Seigneur Nandikesa a posé à Sadashiva une question semblable et Sadashiva a répondu ainsi : ‘ Il est bien de faire le tour de cette colline.  Le mot Pradakshina a une signification particulière.  La syllabe Pra correspond à l’enlèvement de toutes sortes de péchés ;  da signifie l’accomplissement de tout désir ; kshi veut dire la libération de naissances futures ; na signifie la délivrance grâce à Jnana. ‘ Vraiment, il est difficile de décrire le plaisir et le bonheur qui proviennent de cette Pradakshina.  Le corps se fatigue, les organes des sens perdent leur force et toutes les activités du corps sont absorbées à l’intérieur.  Il est possible ainsi de s’oublier soi-même et d’entrer dans un état de méditation.  Pendant que l’on marche,  le corps devient automatiquement harmonisé comme dans une posture de yoga.  La santé  du corps s’améliore.  De plus, plusieurs variétés d’herbes médicinales poussent sur la colline.  L’air qui passe au-dessus de ces herbes est bon pour les poumons. »

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE