jQuery(document).ready(function($){$('#aside #lang_sel_list ul').addClass('fancy');});

Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

Navigate / search

Sagesse

« Arunagiri Yogi est victorieux de tous… » Citation de « La Gloire d’Arunachala »

Sri Bhagavan descending the Hill
Sri Bhagavan descending the Hill

Comment conquérir le destin ?

Une aristocrate dit à Ramana Maharshi, « J’ai la bénédiction d’avoir tout ce qu’un être humain aimerait avoir. »  Sa voix tremblait.  Se contrôlant, elle continua lentement, « J’ai tout ce que je veux, tout ce qu’un être humain pourrait vouloir… mais… mais… je n’ai pas l’esprit tranquille.  Quelque chose m’en empêche.  C’est probablement mon destin. »  Il y eut un silence pendant quelques minutes.  Puis, le Maharshi répondit avec sa douceur habituelle : « Très bien, vous avez dit ce que vous vouliez dire.  Eh bien, qu’est-ce que le destin ?  Il n’y a pas de destin.  Abandonnez-vous, et tout ira bien.  Rejetez toute la responsabilité sur Dieu et ne portez pas le fardeau vous-même.  Que peut alors vous faire le destin ?

Q : L’abandon est impossible.

M : Oui, un abandon total est impossible au début.  L’abandon partiel est certainement possible pour tous.  Au temps voulu, cela vous conduira à l’abandon total.  Eh bien, si l’abandon est impossible, qu’est-ce que l’on peut faire ?  Il n’y a pas de tranquillité d’esprit.  Vous êtes incapable de l’obtenir.  Vous ne pouvez l’obtenir que par l’abandon.

Q : L’abandon partiel – eh bien, peut-il défaire le destin ?

M : Bien sûr qu’il le peut.

Q : Le destin n’est-il pas dû aux karmas passés ?

M : Si l’on se soumet à Dieu, Dieu prendra soin du destin.

Q : Le destin étant dispensé par Dieu, comment Dieu fait-Il pour l’annuler ?

M : Tout n’est qu’en Lui.

La Souffrance et le Mal

On demanda pourquoi toute cette création est si pleine de souffrance et de mal.  Le Maharshi répondit que c’est la volonté de Dieu et qu’elle est impénétrable.  Aucun motif, aucun désir, aucun but à atteindre peuvent être attribués à cet Etre omniscient et tout-puissant.  Dieu n’est pas affecté par les activités qui se déroulent en sa présence.  Il n’y a aucun sens à attribuer une responsabilité ou une motivation à l’Unique, avant qu’Il ne devienne le multiple.  Mais la volonté de Dieu, déterminant le cours prescrit des choses, donne une bonne solution à la question controversée du libre arbitre.  Si notre mental s’inquiète de ce qui nous arrive, ou de ce que nous avons commis ou omis, alors il est sage d’abandonner le libre arbitre et le sens de la responsabilité, en nous considérant comme l’instrument prédestiné de l’Omniscient et Omnipotent, contraint d’agir et de souffrir comme Il le veut.  C’est Lui qui se charge de tous les fardeaux et qui nous donne la paix.

La Dévotion

A un dévot qui souhaitait avoir des visions plus fréquentes de Shiva, Il dit : « Abandonnez-vous à Lui et à Sa Volonté, qu’Il apparaisse ou disparaisse; attendez Son bon plaisir.  Si vous Lui demandez de faire ce que vous voulez, vous ne vous abandonnez pas mais vous Le commandez.  Vous ne pouvez pas Lui vous faire obéir et en même temps penser que vous Lui êtes soumise.  Il sait ce qui convient le mieux et quand et comment y arriver.  C’est pour Lui le fardeau.  Vous n’aurez plus de soucis.  Tous vos soucis sont à Lui.  C’est la soumission et c’est la bhakti. »

La Grâce de Dieu

La Grâce de Dieu brille dans le cœur de chacun en tant que Soi ; cette grâce puissante n’exclut personne, qu’elle soit bonne ou autre.  Les chercheurs doivent surmonter les afflictions avec un esprit calme et avec la foi ferme que les afflictions se présentent par la grâce de Dieu pour nous aider à stabiliser notre mental.

L’Adoration

L’homme qui confond le Soi avec le corps ne peut pas adorer Dieu comme un être sans forme ; quelque soit sa vénération, elle sera toujours limitée à la forme.

Le Succès et l’échec

Quand n’importe quelle action fructifie, ne soyez pas fier en pensant : « Ceci a été réalisé à cause de mon effort ».  Par contre, soyez convaincu que Dieu est gracieux.  Quand le succès voulu ne se produit pas, ne croyez pas que l’action est infructueuse.  Son fruit véritable consiste à comprendre que les actions se fructifient, dans le sens habituel du terme, par la grâce de Dieu et non pas à cause de quelque effort humain.

Sri Bhagavan at Skandashram
Sri Bhagavan at Skandashram

Il ne faut pas cacher une mauvaise action en raison de l’amour-propre ; on doit plutôt s’évertuer à faire  de bonnes actions à l’avenir en essayant d’éviter des fautes.

Le succès et l’échec sont dus au destin, et non pas à la force de volonté ou son absence.  On doit essayer d’arriver à l’équilibre de l’esprit en toutes circonstances.  C’est cela la force de la volonté.  Il est mieux pour le chercheur d’être dans une situation en ce monde qui suscite la compassion des autres que d’être dans une situation qui incite leur envie.

Sri Bhagavan sitting in Old Hall
Sri Bhagavan sitting in Old Hall

 

 

Le Secret d’une Vie Heureuse

Si on ne tient aucun compte des fautes des autres et ne voit que leurs mérites, tenant ainsi son mental tranquille, la vie entière sera heureuse.

Le chercheur qui se détache de toute chose ayant le mental tranquille, libre de désirs, et sans haine est vraiment beau.

L’Attitude envers les ennemis

L’ennemi déteste l’ego, que l’aspirant veut annuler ; ainsi, comme l’enclume à l’orfèvre, l’adversaire est en vérité un ami.

La Grâce reçu dans un Rêve

A cause de certaines normes arbitraires comme la durée etc., nous appelons une sorte d’expérience un rêve et une autre l’état de veille.  Par rapport à la Réalité, les deux expériences sont irréelles.  Un homme pourrait recevoir la grâce dans un rêve, et les effets sont si profonds et durables longtemps après qu’il ne peut pas regarder l’expérience comme irréelle.  Par contre dans l’état de veille il peut regarder comme réel un incident tout à fait insignifiant qui se passe vite, qui est sans conséquence, et qui se fait bientôt oublier.

La Deuxième expérience de la Mort sur la Colline

Bhagavan dit:

J’ai toujours dit que le Cœur est du côté droit, en dépit des affirmations contraires de savants personnages qui se basent sur les données de la physiologie.  Car je parle par expérience.  Je le savais déjà lors de mes  transes dans ma maison familiale.  Aussi au cours de l’incident décrit dans le livre Self-Realization, j’en eus une vision et une expérience très nettes.  Une lumière surgit brusquement d’un côté, gommant peu à peu la vision du monde et, lorsque celle-ci eut complètement disparu, la lumière se répandit alentour.  J’eus la sensation, à gauche, d’un arrêt de l’organe musculaire ; j’avais conscience que la circulation sanguine s’était arrêtée et que le corps devenait bleu et inerte comme un cadavre.  Vasudeva Shastri embrassait le corps en sanglotant, me prenant pour mort.  Je ne pouvais pas parler.  Durant tout ce temps, je sentais que le Cœur sur le côté droit fonctionnait mieux que jamais.  Cet état dura environ quinze à vingt minutes.  Puis, tout à coup, quelque chose jaillit de la droite vers la gauche, telle une fusée explosant dans l’air.  La circulation sanguine reprit et le corps revint à son état normal.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE